Grand-Prix d'Europe 2009 : Présentation

Publié le par Manu

http://www.motorsport.com/photos/f1/2008/eur/f1-2008-eur-xp-1197.jpg

Grand Prix d'Europe 2009
Circuit de Valence, Espagne
  21 - 22 - 23 août 2009
11eme épreuve du Championnat du monde 2009 de Formule 1


http://www.fia.com/en-GB/sport/championships/f1/europe/PublishingImages/circuit_map_eur.jpg
Le Grand-Prix

  • Nombre de tours : 57
  • Longueur du circuit : 5,419 km
  • Distance de course : 308,883 km
  • Vainqueur 2008 : Felipe Massa (Ferrari)
  • Pôle Position 2008 : Felipe Massa en 1min 38s 989
  • Record du tour 2008 : Felipe Massa (Ferrari) en 1min 38s 708

Renault à Valence
  • 2008 - Fernando Alonso out ; Nelson Piquet Jr 11e

RedBull Renault à Valence

  • 2008 - David Coulthard 17e ; Mark Webber 12e

Programme du week-end


Vendredi 21 août 2009 :

  • Essais libres 1 : 10H00 
  • Essais libres 2 : 14H00 (À suivre sur Eurosport France)

Samedi 22 août 2009 :
  • Essais libres 3 : 11H00 (À suivre sur Eurosport France)
  • Qualification : 14H00 (À suivre sur Tf1)

Dimanche 23 août 2009 :
  • Course : 14H00 (À suivre sur Tf1)

Renault et le Grand Prix d'Europe 2009

Dossier Technique

Situé sur la Marina de Valence, le tracé du Grand Prix d'Europe est une des attractions du calendrier. Entouré de murs de béton, ce circuit compte près de 25 virages, il est un véritable challenge pour les pilotes et pour les ingénieurs.

Il combine des courbes à basse et moyenne vitesse tout en étant suffisamment large pour offrir plusieurs zones de dépassement. Une bonne vitesse de pointe ainsi qu'une bonne stabilité au freinage y sont déterminantes, de même qu'un bon niveau de grip mécanique pour se montrer performant de manière générale sur l'intégralité du tour.

Aérodynamique
Le dessin du tracé exige un niveau d'appui moyen, similaire à celui qui est utilisé à Shanghai et à Bahreïn. Cette configuration est possible car le circuit ne comporte pas de virage très rapide et car il demande une bonne vitesse de pointe, essentielle pour la longue ligne droite.

Fernando explique : « La section la plus intéressante est celle qui débute au virage numéro 17 et qui se prolonge jusqu'au virage numéro 25. On est pratiquement à fond à partir de la sortie du virage 17 et ce jusqu'au dernier virage. Le virage 25 est relativement difficile à négocier car il est très lent mais on l'approche à plus de 300km/h. Il faut donc freiner au passage du virage 24 et on peut facilement bloquer une roue ou commettre une erreur. »

Freins
Le circuit est particulièrement exigeant pour les freins, comme celui de Bahreïn. On compte plusieurs gros freinages à plus de 300km/h, comme les virages 12 et 17, des virages négociés en deuxième qui seront un véritable défi pour le système de freinage des monoplaces. Le refroidissement des disques et des plaquettes exigera une attention toute particulière et les équipes opteront pour des écopes relativement grandes, comme à Bahreïn.

Mise au point
Les pilotes auront besoin d'une voiture réactive et bien équilibrée pour négocier les nombreux changements de direction que compte ce tracé. Mais comme toujours, il s'agira de trouver le meilleur compromis entre une suspension rigide pour les zones rapides et une suspension suffisamment souple pour optimiser la traction en sortie de virage lent. Une bonne stabilité au freinage se révèlera essentielle, notamment en bout de ligne droite, afin d'éviter les blocages de roues qui pourraient être lourds de conséquence de par la proximité des murs et la taille limitée des dégagements.

Fernando explique : « Dépasser est toujours difficile sur les tracés urbains et Valence n'est pas une exception. Le virage 12, à la fin de la longue ligne droite, est probablement le meilleur endroit pour effectuer un dépassement car c'est la zone de freinage la plus importante du circuit. On a à disposition une zone de dégagement assez large au cas où on tire un peu large dans le virage. »

Pneumatiques
Bridgestone fournira les pneus tendres et extra-tendres aux équipes du plateau pour cette onzième épreuve du championnat du monde. C'était déjà le cas à Monaco et en Hongrie. Ce choix de gomme est possible car le bitume n'est pas particulièrement abrasif. Cette gamme devrait offrir un meilleur niveau d'adhérence, d'autant que la surface sera sans doute très glissante en début de week-end. Mais comme sur tout circuit urbain, la piste évoluera beaucoup au fur et à mesure des séances et elle se chargera en gomme. Le niveau d'usure des pneus arrière sera à surveiller de près car ceux-ci sont soumis à rude épreuve en sortie de virages lents, là où la demande en motricité est élevée.

Moteur
Des lignes droites, des chicanes à moyenne vitesse et des épingles font de Valence un circuit où le moteur sera utilisé en mode « on-off ». Avec 60% du tour passé à pleine charge, ce qui est un peu inférieur à la moyenne du championnat, ce tracé ne devrait pas être trop exigeant pour le bloc moteur. Puisqu'il n'y a pas de réel pic de puissance requis, la clé d'un bon chrono résidera sans l'arrivée du couple et dans la relance à la sortie des virages lents, qui commandent les longues lignes droites. Une voiture bien équilibrée permettra de limiter le sous-virage dans les zones sinueuses et permettra aux pilotes de réaccélérer tôt, ce qui sera efficace au chronomètre.

Interview de Pat Symonds

Pat, l'équipe a connu une fin de weekend décevante à Budapest alors que ce Grand Prix était plutôt prometteur...
« Nous voulions montrer le potentiel de la voiture et confirmer la progression réalisée en Allemagne. Je pense que, dans une certaine mesure, nous avons réussi ce pari. Nous étions satisfaits de la pole position, mais cela ne veut pas forcément dire que notre voiture est la plus rapide du plateau. En prenant en compte les niveaux d'essence corrigés, les Red Bull étaient plus rapides. Cela dit, nous étions contents de notre performance et je pense que la stratégie agressive déployée avec Fernando aurait payé si nous avions été en mesure de finir la course. Mais les choses se sont déroulées différemment. »

La performance de la R29 en Hongrie a confirmé les progrès réalisés par l'équipe récemment. Peut-elle maintenir ce taux de développement ?
« Je pense que nous pouvons apporter encore davantage de développements à la R29 en cette deuxième partie de la saison et nous planifions une autre évolution aérodynamique importante. Nous travaillons également sur les configurations à appuis moyens et faibles nécessaires pour Spa et Monza. Notre approche, ensuite, dépendra des progrès réalisés dans le développement de la voiture de l'année prochaine, la R30. Nous verrons en effet s'il est possible de transférer ce que nous apprenons de ce projet pour le transposer à la R29. »

Romain Grosjean disputera son premier Grand Prix ce weekend. Qu'est ce qui vous séduit, chez lui ?

« Romain est un pilote talentueux et il l'a souvent démontré en GP2. Il est certainement un des meilleurs du championnat dans les manoeuvres de dépassement et il a démontré ses talents sur la grille inversée : il sait se frayer un chemin dans le peloton et remonter. Il lui faudra un peu de temps pour complètement s'adapter à la Formule 1, mais je suis convaincu qu'il y arrivera très bien. »

Comment l'équipe a-t-elle aidé Romain à se préparer pour son premier Grand Prix ?

« Par le passé, il aurait fait pas mal de kilomètres pendant les essais privés, mais cela n'est plus possible avec l'interdiction en vigueur aujourd'hui. Par contre, il a déjà fait plusieurs essais en ligne droite et il a passé beaucoup de temps avec l'équipe de course durant les weekends de Grand Prix. Il a ainsi assisté aux diverses réunions et briefings afin de se familiariser avec la manière dont nous fonctionnons et aussi pour apprendre à connaître les membres de l'équipe. »

Quelles sont vos attentes pour ce Grand Prix ?
« Nous avons démontré que la R29 était performante dans tous les types de virages et cela me rend confiant quant à notre niveau de compétitivité à Valence. Comme tout circuit urbain, le tracé récompense les pilotes courageux et talentueux. Fernando possède ces qualités. De plus, il aura l'avantage de courir chez lui avec tout le support des fans durant le weekend. »

Interview de Fernando Alonso

Fernando, la course en Hongrie a été décevante, mais nous pouvons tirer des éléments positifs de ce Grand Prix...
« Oui, notre performance en Hongrie était encourageante, la voiture était rapide et nous avons fait la pole position, ce qui était d'ailleurs un peu une surprise. Bien sûr, avoir été obligé d'abandonner était décevant, mais je prends les choses du bon côté. Je pense que nous pouvons être tout aussi compétitifs à Valence. L'an passé, ma course y a été très courte - moins d'un tour - je suis donc d'autant plus déterminé cette année et j'espère être en mesure de me battre pour un podium. »

Dans quel état d'esprit l'équipe se trouve-t-elle après cette pause estivale ?
« La coupure a fait du bien à tout le monde : l'équipe a fait le plein d'énergie, elle est prête à tout mettre en oeuvre dans cette dernière partie de la saison. J'ai également un nouveau co-équipier, Romain Grosjean. Je suis certain qu'il va faire un bon travail avec l'équipe. Comme il a assisté à tous les Grand Prix depuis le début de la saison, j'ai déjà de bonnes relations avec lui et j'espère qu'il sera à même de nous aider à marquer des points importants pour le championnat. »

Vous vous préparez à courir en Espagne ce week-end. Est-ce quelque chose d'important pour vous ?

« Courir chez moi est toujours très spécial et Valence est une ville superbe pour accueillir un Grand Prix. J'ai toujours aimé les circuits urbains car l'ambiance est très particulière, la ville entière s'implique dans la course. C'est donc un Grand Prix à domicile et je sais que le support des fans sera fantastique. J'ai vraiment envie de les remercier avec un bon résultat. Comme je vous le disais, je souhaiterais beaucoup être en mesure de me battre pour un podium, mais ma priorité ce weekend sera de marquer des points. »

Publié dans Courses

Commenter cet article